ple_di1

Dans "Le Dictateur", sorti en 1940, Chaplin décide de parodier Hitler en créant le personnage de Hynkel. Il utilise ce moyen pour dénoncer dans un premier temps  la montée du nazisme qui fut pour la première fois exposé au public à Munich le 24 février 1920 par Adolf Hitler constituant l’idéologie politique du NSDAP (partie national socialiste des travailleurs allemands) unique parti autorisé en Allemagne depuis l’été 1933 jusqu’à la chute du troisième Reich le 8 mai 1945. Ce parti nationaliste visait à rassembler tous les pays et territoires germanophones, pour dominer le reste du monde. Il justifiait ses revendications en alléguant l'appartenance des Allemands à une « race supérieure », la « race indo-européenne » ou « aryenne » : les nazis utilisaient ce terme  pour définir la race humaine qu'ils considéraient la plus pure, la plus supérieure et la plus noble, qui était appelée par certains scientifiques nazis de cette époque race nordique. Ainsi sont présents dans ce film de nombreux éléments rappelant le régime nazi sans pour autant faire directement allusion à Hitler. De ce fait, le symbole nazi : la croix gammée qui fut adoptée par le NSDAP alors qu'il n'était encore que le Parti des travailleurs allemands (DAP), et devint dès 1920 son emblème officiel  n'apparaît à aucun moment du filmmais est remplacée par la double croix.  La croix gammée deviendra le seul drapeau de l’Allemagne le 15 septembre 1935 à l’occasion du congrès de Nuremberg.

Aussi les affichages visibles dans le ghetto juif que les nazis utilisaient comme étape de la « solution finale » visant à exterminer les Juifs, sont écrits en anglais (langue de production du film) et en esperanto pour éviter une allusion directe à l'Allemagne. Ces ghettos servaient comme réserve à Juifs ainsi plus faciles à surveiller, à contrôler, coupés de tout contact avec l'extérieur, transformés en camps retranchés, ou vastes prisons, les ghettos emprisonnaient les Juifs avant d'appliquer la déportation systématique de ceux qui survivaient vers les camps d'extermination qui ont pour finalité l'extermination des juifs et autres personnes qualifiées de « sous-hommes » par le régime nazi. Ces arrestations en masse faite à l'improviste ou de façon organisée par les nazis étaient des rafles qui avaient pour but de faciliter les opérations de police, d'avoir un effet de surprise empêchant les suspects de communiquer entre eux (les premières en France eurent lieu en mai 1941 : 3700 personnes sont parqués dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande). C'est dans ce contexte que le ghetto de Varsovie, composé de plus de 500 000 résidents, sombra dans la misère la plus extrême. Ayant compris que leur sort était sans issue face aux nazis, la population, sans attendre l'assaut des troupes nazies, dans la solitude et l'abandon du monde entier, organisa un soulèvement pour tenter de s'échapper, les armes à la main dans la révolte d’avril-mai 1943. 

Dans un second temps, Chaplin dénonce l'antisémitisme que subissent les juifs. Les nazis classèrent les populations en fonction de ce qu'ils appelaient les « races à éduquer » (les Latins par exemple), les « races à réduire en servitude » (les Slaves, les Asiatiques, les Noirs) et les « races à exterminer » (les personnes de confession ou d'ascendance juive et le peuple tzigane.).  La doctrine nazie qui est raciste donc non scientifique établit une hiérarchie des races qu'on peut résumer de la sorte :
Les Aryens, considérés comme une race supérieure, doivent dominer les autres races. Il s'agit des peuples germaniques et scandinaves (voire britanniques), les peuples libres (races tolérées) composés, d'une part, des autres peuples d'Europe occidentale (les Latins - Français, Espagnols, Italiens - Britanniques, etc.) et, d'autre part, des Japonais. Ils restent très haut dans la hiérarchie des races mais doivent être dominés par les Aryens. Les races d'esclaves comprenant des Slaves, des Africains et des Asiatiques autres que les Japonais. Ce sont des êtres humains mais ils doivent être réduits en esclavage pour servir les races supérieures.
Les Untermenschen, littéralement les sous-hommes c’est à dire les Juifs et les Tziganes considérés comme des races inférieures et nuisibles devant être détruites.
Ils stérilisèrent ou emprisonnèrent aussi ceux qu'ils considéraient comme malades, comme les homosexuels, ou ceux, même allemands, qui étaient considérés comme atteints de maladies héréditaires (cécité, alcoolisme, schizophrénie, etc.), ou de maladies mentales. Après avoir conquis le pouvoir absolu, les nazis éliminèrent entre 5 et 6 millions de Juifs (notamment, mais pas uniquement, à l'aide de chambres à gaz) ainsi que de nombreux Tsiganes, entre 500 000 et 1 million dont 23 000 ont été recensés dans le seul camp d'Auschwitz (camp de concentration situé en Pologne, utilisé entre avril 1940 et janvier 1945 et dont le nombre de morts s’élève de 1 100 000 à 1 500 000 personnes). Ils stérilisèrent aussi 400 000 Allemands et incarcérèrent tous les opposants au pouvoir dans des camps de concentration.